COPROPRIETAIRES BOBIGNY

Échange / partage d'info /-​l a solution, ce n’est pas de « rouspéter » et de maugréer entre voisins. C’est de travailler ensemble et d’agir le plus positivement possible et le plus efficacement Être utile pour être efficace


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Article enquête ouverte février 11, 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Article enquête ouverte février 11, 2015 le Ven 13 Fév 2015, 15:03

admin franck

avatar
Admin
Appart’City / Park & Suites : une renégociation générale des loyers se profile



http://www.enqueteouverte.info/residencesdetourisme/2015/02/11/appartcity-park-suites-une-renegociation-generale-des-loyers-se-profile/


copie du texte du journal enduête ouverte (Tatiana Kalouguine)

Contacté par Enquête ouverte, Pierre Denizet a refusé de commenter cette nouvelle stratégie. Il nous fait cependant préciser qu’il abordera ce sujet « lors d’une conférence de presse en avril sur le lancement de la marque« .

Ce courrier est d’importance, car on y apprend quelques bribes de la nouvelle stratégie du groupe. Par exemple :

« Les résultats 2014 nous ont obligés, dans le cadre de la mutualisation du paiement des loyers pour l’ensemble des résidences du Groupe à étaler les paiements trimestriels. »

Première chose : le groupe sous-entend que les résultats sont mauvais, mais ne les communique pas, ce qui est doublement inquiétant. Pour l’heure, les seules données disponibles sont celles des deux groupes pris séparément en 2013 : Park & Suites enregistrait un résultat net de 920.000 euros et Appart’City une perte nette de 6,9 millions d’euros.

Seconde chose : Sans en prévenir les propriétaires, l’exploitant annonce la mutualisation des loyers sur l’ensemble des résidences. Ce qui semble signifier que les loyers seront lissés, afin que les résidences en excédent d’exploitation viennent combler les pertes des résidences déficitaires. Une manœuvre pas forcément logique pour les propriétaires, qui auraient probablement aimé en être informés plus tôt.
Le piège se referme

C’est donc une baisse générale des loyers qui est s’annonce pour tous les propriétaires au moment du renouvellement de leur bail avec Appart’City/Parc & Suites, c’est-à-dire 9 ou 11 ans après la date d’achat. Et tant pis si la grande majorité des propriétaires ont souscrit des emprunts sur vingt ans, calés sur leurs revenus locatifs. Il sera de toute façon difficile de refuser les conditions de l’exploitant. Si certains d’entre eux décidaient de refuser les conditions du nouveau bail et de récupérer la jouissance de leur bien, il s’exposeraient à un redressement fiscal salé : le crédit de TVA (20% de l’investissement) obtenu à l’achat n’est en réalité acquis qu’au terme de vingt ans. C’est là que se referme le piège de l’investissement défiscalisé de type Scellier, Demessine ou Censi-Bouvard.

Piège qu’ont déjà connu bon nombre de propriétaires de résidences de tourisme, à commencer par une bonne partie de ceux de Pierre & Vacances. En 2012 et 2013, le groupe de Gérard Brémond avait procédé lui aussi à une renégociation globale de tous les loyers en fin de bail. Les nouveaux baux comprenaient en outre d’importants travaux de rénovation à la charge des propriétaires, pouvant atteindre jusqu’à 6% du montant investi. J’en parlais dans un article du Monde.fr en juillet 2014. Dominique Menigault, directeur général adjoint de Pierre et Vacances Conseil Immobilier, s’en est également expliqué sur ce site en juillet dernier.
Le fonds d’investissement Equistone

Chez Pierre et Vacances l’opération visait à assainir des comptes déficitaires et redynamiser la performance boursière. Avec peu de résultats : si l’action a il est vrai doublé de valeur en 2014, elle est ensuite revenue à ses niveaux plancher.

De son côté Appart’City n’est pas coté en bourse. Il a cependant ouvert son capital en mars 2013 au fonds d’investissement Equistone qui posséderait, selon Les Echos, un « un bloc important, mais minoritaire au capital« . La stratégie de réduction drastique des coûts sur une courte période de quelques années est un classique des fonds d’investissements. Leur but étant d’améliorer les bilans afin de programmer une vente ou une introduction en Bourse au terme de 3-4 ans, rarement plus. L’objectif, un retour sur investissement maximum… pour les actionnaires.

http://coprobobigny.forumactif.org

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum